Le Bastion de Fonta Fonta

IMG_5179IMG_5174IMG_5180 IMG_5182 IMG_5183IMG_5184IMG_5190 IMG_5191

Paris est un village. Les créatifs sont une grande famille.
C’est ainsi que les choses commencent. L’ami d’un ami, qui a un ami qui est l’ami d’un autre ami, qui…

Ah mais tu connais machin?

Chez Fonta Fonta, c’est beau, résolument et définitivement beau. Fonta Fonta c’est le regroupement de chouettes créatifs, qui font de chouettes choses et qui travaillent ensemble dans un chouette lieu.

Il y a donc les chouettes Izberg, qui font de chouettes photos. La chouette Ella qui fait de chouettes foulards. La chouette Léa qui fait de chouettes scénos. Le chouette Florent Tanet qui fait de chouettes compos. Les chouettes Super Groupe et qui font de chouettes dessins. Et les chouettes Minigolf qui font de la chouette musique.

Chouette non?

C’est étrange, parce qu’il y a chez eux quelque chose qui m’est étrangement familier. Je crois que c’est cette ébullition et cette simplicité à la fois, et puis le fait de pouvoir se retrouver quelque part pour partager un verre au calme en fin de journée dans la courette de l’atelier. L’air y est doux et l’ambiance légeère. Un endroit pour se retrouver et échanger.

C’est dans ces instants là que le Bastion, notre Bastion me manque. Strasbourg est loin et la vie à Paris est chère. Ici, il n’y a pas de Bastion, mais les difficultés n’ont jamais eu raison de ma motivation. S’il n’existe pas de Bastion ici alors je vais en construire un moi-même, peut importe le temps que cela me prendra.

6 commentaires

Rue des Vignoles

IMG_5275b IMG_5374 IMG_5402 IMG_5400 IMG_5406 IMG_5403IMG_5393 IMG_5398 IMG_5275a

Je suis une marcheuse. La ville est un territoire qui m’a toujours fasciné, et aussi loin que je m’en souvienne de Strasbourg à Mulhouse, de Rennes à Bruxelles, depuis que je suis citadine, je suis toujours partie à l’aventure en solitaire, munie de mon appareil photo et de mon sens de la déambulation. Il y a quelque chose de l’ordre de la fuite dans ces longues et silencieuses balades. Ces quelques heures sont hors du temps, c’est un voyage à quelques pas de chez moi seulement, dont le but consiste à s’émerveiller encore un peu de cette ville qui n’est jamais suffisamment mienne.

Paris est un territoire de découverte sans fin et je ne cesse de lui trouver des airs de grand village avec l’air doux de l’été, ses rues calmes, ses troquets où il fait bon se retrouver en terrasse, et ses gamins qui jouent au ballon dans les impasses. Il y a ici mille endroits de paradis, pas si fantasmés qu’on pourrait l’imaginer.

J’apprivoise de nouveaux territoires le nez en l’air.
Je dévoile la carte et rassemble les morceaux de géographie disparates.
Je marche, sans cesse, pendant des heures, en quête d’inconnu, en quête d’ailleurs.

3 commentaires

Juin

IMG_4875 IMG_4867IMG_4767IMG_4764IMG_4725 IMG_4732IMG_4783IMG_4786IMG_5005IMG_5001IMG_4987 IMG_4988IMG_4998IMG_4995IMG_5085IMG_5020IMG_4906IMG_5029
IMG_4902IMG_5024 IMG_5026IMG_5049 IMG_5071IMG_4939IMG_4957

Juin.

Le marathon s’achève. Boulot-dodo, boulot-dodo, boulot-dodo. S’épuiser. Les contre-parties Mint arrivent bientôt, promis. Tomber sur de jolies impasses parisiennes, prendre quelques photos et se faire chasser par la gardienne. Manger de la glace thé vert matcha chez Klin d’oeil. Fêter comme il se doit le retour de ma globe-trotteuse. Descendre dans les sous sols en chantier des Bains Douches pour l’exposition Granit. Tomber par hasard sur un jardin partagé dans mon quartier. Tomber par hasard sur une fête de quartier dans mon quartier. Retomber, pas vraiment par hasard, amoureuse de mon quartier. Flâner de longues heures dans les recoins les plus secrets du Père Lachaise, ce calme voisin.

Se calmer.

4 commentaires