Juillet

blog01

Paris, juillet 2015.

Les mois d’étés reviennent avec leur lot de marqueurs temporels. La fin d’un cycle, le début d’un autre. Les étés se ressemblent sans jamais être tout à fait les même.
Le soleil dessine sur le bitume chaud les ombres dansantes de feuilles des arbres des grands boulevards. Elles se déforment délicatement au contact des peaux des passants. La chaleur écrase Paris comme elle écrase mes nuits. Allongée dans le ciel je me prélasse au milieu de pages de mots. Les boulimies littéraires. L’ensemble des connaissances qui s’offrent à moi semblent sans fin au point d’en devenir désespérantes. Orage au désespoir. Le ciel est clair et trouble à la fois. Chargé. Le temps, également. Je lis des histoires qui se déroulent dans Paris, entre Châtelet et Vincennes, entre Ménil et Belleville, langage codé pour géographies familières. J’achète des crèmes glacées et je fais des salades de fruits. Des salades de rêves et des rêves de fruits. Au petit matin, lorsque l’écrasante chaleur s’estompe enfin, les premiers rayons du soleil se reflètent dans les fenêtres de l’immeuble d’en face et tracent sur mon mur blanc, un rectangle de lumière, échoué sur ma peau et mes draps. Ils dessinent en ombres chinoises les courbes de mon corps. Il est 5 heures Paris s’éveille et la lumière qui émerveille. L’été c’est ça, le temps au ralenti. Et le vélo sous la pluie. Le vélo, comme une révolution strasbourgeoise à Paris. L’ivresse de la vitesse, la liberté, j’avais oublié la liberté. Rien ne compte d’autre que la liberté, toujours, bis repetita, je tourne en boucle, achevez moi. Et l’ivresse donc.

blog_sebou

Et dans la chaleur écrasante du sous-sol de la Maroquinerie il y a Sebastien Schuller. Sa Heat Wave ne semblerait pas pouvoir tomber plus à propos tant la salle semble moite ce soir là. L’été est sans fin et Weeping Willow est en live. Dix ans plus tard, tu parles d’un marqueur temporel. Il y a des morceaux qui ne vous lâcherons jamais.

Encore.

blog_lartigue

Lartigue est fort à propos lui aussi.

Lartigue disais « Je suis amoureux de la lumière, je suis amoureux du soleil, je suis amoureux de l’ombre, je suis amoureux de la pluie, je suis amoureux de tout. »

Je crois que tout est dit.

blog_antonioni
Et Antonioni aussi. C’est la nuit, les déchirures silencieuses et insidieuses, l’amour, profond, l’angoisse, la séduction, le jeu, la domination et la beauté. Et ces contrastes noirs et blancs d’un sublime.

J’aime quand tout ce que je regarde, vois et lis, semblent raisonner en un grand tout commun d’une pertinence déconcertante et d’un accord parfait avec les temps présents.

Pour info : Lartigue, la vie en couleurs, c’est jusqu’au 23 août à la Maison Européenne de la Photographie et Antonioni, c’est jusqu’au 19 juillet à la Cinémathèque Française, et c’est très beau et très intéressant !

3 commentaires

Bliss

exotique01 exotique02 oiseaux4

Faire de la peinture et du dessin plusieurs jours durant, en semi autarcie dans mon appartement, en riant à l’écoute de l’intégralité des épisodes de Chicks le tout en mangeant des fraises. Bliss, un truc comme ça.

1 commentaire

Cinémusikimage

Capture d’écran 2015-04-21 à 23.15.26 Capture d’écran 2015-04-21 à 23.48.14 Capture d’écran 2015-04-21 à 23.53.30 Capture d’écran 2015-04-21 à 23.54.25

- A girl walks home alone at night -

La claque surréaliste. La fascination extrême. Les canines pointues de l’Orient.

Et le son qui va avec.

333430_336109453131066_1115984104_o.jpegOh Boy! oh-boy__130428195102 (1)

- Oh Boy -

Les ailes de l’ennui. J’ai pensé à Wenders. Rapidement. Berlin, le noir et blanc, l’errance, tout ça. J’aime les histoires de looser. Certainement parce qu’il est plus facile de s’y identifier, s’identifier à ce héros un peu hors de l’histoire de sa vie qu’il semble contempler entre surprise et fatalité. Il regarde Berlin défiler par la fenêtre des voitures qui le conduisent, il subit, rencontre et pose un regard singulier sur ces gens qui tombent sur sa route. Histoire de sensibilité.

 

suspiriasuspiria_dragon04.jpeg suspiria-Technicolor 936full-suspiria-screenshot

- Suspiria -

Jeunes filles en fleur dans un pensionnat vraiment étrange. Etranges couleurs des larmes de leurs corps, à la découverte du Giallo.

Capture d’écran 2015-05-01 à 17.04.33c Capture d’écran 2015-05-01 à 17.04.33b Capture d’écran 2015-05-0 copie Capture d’écran 2015-05-01 à 17.04.33

- Lost River -

Autoroute perdue engloutie sous le poids de ses références.

Capture d’écran 2015-05-02 à 16.06.52 Capture d’écran 2015-05-02 à 16.07.20 Capture d’écran 2015-05-02 à 16.07.26

Ce court d’Arvida Byström découvert sur Dazed avec une bien belle reprise de Pass this on ( amour toujours ! )

Capture d’écran 2015-05-02 à 16.19.33 Capture d’écran 2015-05-02 à 16.20.03 Capture d’écran 2015-05-02 à 16.20.46

Ce court métrage d’animation d’Hannah Jaccobs.

Musiques éclectiques, goût de la foudre dans mes oreilles :

The Underground Youth – Morning Sun,  Noir Boy George – Enfonce toi dans la ville, TG Gondard et Charlène Darling – Dans les barsPenguin Cafe Orchestra – Perpetuum MobileStereo Total – Baby Revolution,  Tara King th. – Mutuelle AppréciationYo La Tengo – Our Way To FallEfterklang – MonumentPJ Harvey & Pascal Comelade – Featherhead, Jaakko Eino Kalevi – No endPlanningtorock – The One, Cate Le Bon – Mug Museum, The Millipede – Happy Planet Index, Chris Garneau – 10 lucioles en Ré mineur, Henry the Rabbit ( ft Halasan Bazar ) – Conjunction Day, Gomina – Stupid, Etiquette – Attention seekerRequin Chagrin – Adélaïde, Jane Waever – Don’t take my soul, Twerps – I don’t mind, Amen Dunes – Lonely Richard,

2 commentaires